AER 2013 Conference – 27/02/13 – European Parliament – Brussels

AER 2013 CONFERENCE – FEBRUARY 27TH – EUROPEAN PARLIAMENT – BRUSSELS

AER RECALLS THAT COMMERCIAL RADIO IS MAINLY LOCAL AND REGIONAL, DELIVERS SERVICES OF GENERAL INTEREST AND REQUIRES EASIER LICENSING FOR THE USE OF MUSIC / L’AER RAPPELLE QUE LA RADIO PRIVEE EST UN MEDIA PRINCIPALMENET LOCAL ET REGIONAL, QU’ELLE OFFRE DES SERVICES D’INTERET GENERAL ET NECESSITE DES SYSTEMES DE LICENCES SIMPLIFIES POUR L’USAGE D’ŒUVRES MUSICALES.

EN

The Association of European Radios (AER) held in Brussels its 2013 Annual Conference on February 27th. Opening the conference at the European Parliament, Stefan Möller (AER President) recalled that “Radio is indeed the world’s first social media in history. 80% of the EU population on average listens to radio for at least 2 or 3 hours per day”. He then asked “In a world where information and media streams hit you here, there and everywhere: what is the place for radio media? Where does its strength lie?” Quoting Julian Treasure from the Sound Agency, Mr. Möller explained: “Radio is your trusted guide!” Indeed, “the strength of radio lies in the well planned and produced mixture of talk, stories, entertainment, news, music and surprises. In today’s online world it is so easy to get lost and be misled: Radio is your trusted guide!”

Opening the first session on commercial radio’s public and personal value, Marian Harkin MEP (ALDE, EMPL) declared that “local radio connects me to Irish voters, and connects Irish voters to me.” She was supported by John Purcell (Independent Broadcasters of Ireland Chairman) who presented how vivid and close to the people commercial radio is in his home country: “Independent radio in Ireland is just 24 years in existence and since its inception has become an essential part of the daily lives of the people of Ireland.” David Lloyd (Orion Media Programme and Marketing Director) described radio as “the medium which tells them of the cause – touches people – and tell them how to take part. And in between the great entertainment, reminds them again and again.” The session was concluded by Marko Eichmann (Planet Radio Programme Director) who showed that commercial radio can also be the medium bringing people’s passion to fruition: with the German radio award winning competition of his station, the most creative listener was offered a shop in a mall to sell his self-designed goods. He also illustrated the extensive and very reactive use commercial radio is making of social media linking the listeners to their favorite radio programme.

During the following panel session, Petra Kammerevert MEP (S&D, CULT), Amelia Andersdotter MEP (GREENS / EFA, ITRE), Dennis De Jong MEP (GUE / NGL, IMCO), Cecilia Wikström MEP (ALDE, JURI), Colette Bouckaert, head of Office of Jean-Marie Cavada MEP (EPP, CULT), Maria Martin-Prat (European Commission Head of Copyright Unit) and Julia Maier-Hauff (AER Secretary General) exchanged views on the Proposal for a Directive on collective management of authors’ rights and related rights in a passionate and good humoured debate. Ms. Kammerevert opened the debate welcoming participants to the AER Conference and outlining the background of the debate. Whilst most MEPs agreed on the fact that it is essential to establish a level-playing field amongst different entities managing rights and that one-stop-shops are key in this context to allow legal platforms to grow online, there was a fierce discussion regarding cultural diversity and the possibility to enable competition in the field of rights’ management. Julia Maier-Hauff recalled that collecting societies are important partners for radios and that re-aggregation and easier licensing of music rights is paramount for radios. Regarding the governance of collecting societies and their subsidiaries, she added that any rights user should receive information at least on tariffs, the licensing conditions, administrative requirements and the destination of the monies received and that dispute resolution mechanisms should be established as appropriate in every Member State in order to prevent abuse of a dominant position by any entity providing access to music rights.

FR

Le 27 février 2013, l’Association Européenne des Radios (AER) a tenu sa conférence annuelle au Parlement Européen à Bruxelles. A l’ouverture de la conférence, Stefan Möller (Président de l’AER) a rappelé que « la radio est sans conteste le premier média social au monde. En moyenne, 80% de la population de l’Union européenne écoute la radio pendant au moins 2 à 3 heures par jour. » Il s’est alors demandé: « dans un monde où l’information est omniprésente, quelle place occupe la radio? Qu’est-ce qui fait sa force? » Reprenant les mots de Julian Treasure de la Sound Agency, Monsieur Möller rappelle que la « radio est votre média de confiance! » Effectivement, « la force de la radio réside dans la production de programmes mêlant divertissements, histoires, conversations, information, musique et surprises. A l’heure d’internet, il est très facile de se perdre et d’être trompé… rappelez-vous: la radio est votre média de confiance! »
Le député européen Marian Harkin (ADLE, EMPL), ouvrant la première session de la Conférence sur la valeur publique et personnelle des radios commerciales, a déclaré que « les radios locales me permettent d’être connectée aux électeurs irlandais et permettent aux électeurs irlandais de me suivre ». John Purcell (Président de Independent Broadcasters of Ireland) a soutenu sa position en présentant la radio privée irlandaise comme un média vif et saisissant qui entretient un contact étroit avec ses auditeurs : « en Irlande, les radios indépendantes n’existent que depuis 24 ans mais ont néanmoins pris une place essentielle dans la vie quotidienne des irlandais et ce depuis leur création.» David Llyod (Directeur des Programmes et Directeur Marketing pour Orion Media) a décrit la radio comme « un média qui éveille les consciences, touche les gens, et leur dit comment défendre une cause ». Marko Eichmann (Directeur des Programmes à Planet Radio), clôturant la session, a montré que la radio privée est aussi le média permettant de réaliser ses rêves : Planet Radio, au terme d’une compétition ayant obtenu un prix radio en Allemagne, a offert à son auditeur le plus créatif un commerce dans une galerie marchande pour vendre les produits qu’il avait lui-même conçus. Il a également montré comment les radios privées, grâce à un usage intensif des réseaux sociaux et à leur réactivité face à ceux-ci, renouvellent les rapports étroits entre les auditeurs et leurs programmes préférés.

Pendant la seconde session, les députés Petra Kammerevert (S&D, CULT), Amelia Andersdotter (Les Verts/ Alliance Libre Européenne, ITRE), Dennis De Jong (GUE/NGL, IMCO), Cecilia Wikström (ADLE, JURI), Colette Bouckaert, Chef de Cabinet du député Jean-Marie Cavada (PPE, CULT), Maria Maria Martin-Prat (Chef d’Unité Droits d’auteur de la Commission européenne) et Julia Maier-Hauff (Secrétaire Général de l’AER) ont échangé leurs points de vue sur la proposition de Directive sur la gestion collective des droits d’auteur et droits voisins au cours d’un débat passionné et correct. Madame Kammerevert a ouvert le débat en souhaitant la bienvenue à l’assemblée et en rappelant le contexte dans lequel s’inscrit le débat. La plupart des députés européens se sont accordés sur le fait que les différentes entités qui gèrent les droits doivent impérativement être sur un pied d’égalité et que les guichets uniques sont cruciaux pour permettre un développement en ligne des plateformes légales. Cependant, les questions de diversité culturelle et de concurrence dans le secteur de la gestion des droits ont donné lieu à des discussions très animées. Madame Maier-Hauff a rappelé que les sociétés de gestion de droits sont des partenaires importants pour les radios et qu’une réagrégation des droits et un système d’octroi des droits musicaux plus simple est capital pour les radios. Concernant la gouvernance des sociétés de gestion des droits et de leurs filiales, Madame Maier-Hauff a ajouté que tout utilisateur de droits doit être informé au moins des tarifs pratiqués, des conditions d’octroi de ces droits, des conditions administratives préalables à l’octroi de ceux-ci ainsi que de la destination de l’argent perçu. Enfin, des mécanismes de résolution de conflits doivent être mis en place de façon adéquate dans chacun des Etats membres de l’Union européenne et ce afin d’éviter tout abus de la position dominante sur le marché dont bénéficient les entités qui donnent accès aux œuvres musicales.

You can share this content on: